vendredi 4 mars 2011

Tron l’héritage

Tron-l-heritage

7

Année: 2011
Genre: Science-Fiction, Action, Aventure 
Réalisateur: Joseph Kosinski 
Acteur: Jeff Bridges, Garrett Hedlund, Olivia Wilde

Tron l'Héritage-screenshot-06

Alors que son père est porté disparu depuis plus de 20 ans, Sam décide de reprendre en main la société qu’il lui avait léguée. Pour cela, il retourne dans les anciens laboratoires de son père et découvre l’Arcade, un gigantesque programme hébergeant une "vie" informatique sur lequel son père travaillait avant sa disparition. Hackeur à ses heures perdues, Sam réussit -en moins de temps qu’il n’en faut pour taper: hack the system– à ouvrir une connexion vers ce Nouveau Monde et découvre alors une gigantesque société tenue d’une main de fer. Malgré lui, il est alors enrôlé dans une succession de jeux servant à divertir la plèbe. À mesure qu’il passe les épreuves, il sent qu’il approche d’une importante découverte qui changera à jamais sa vie ainsi que cette société.

Tron l'Héritage-screenshot-04Tron l'Héritage-screenshot-05

Faisant dans son introduction quelques références geeks –sur fond de logiciels libres et de libre partage– Tron l’héritage s’affranchi très vite de son background technologique pour se concentrer sur le spectacle. Il n’est donc pas nécessaire d’avoir vu Tron l’original ni d’être un nerd dans l’âme pour comprendre l’histoire de celui-ci. Et pour cause, celle-ci tient sur –un assez gros– post-it. Walt Disney à la baguette nous sert sans surprise sa soupe scénaristique favorite à base d’aventure épique, de relations foireuses et de happy-end insipide. D’un bout à l’autre, le scénario se devine. Sam est là pour sauver le monde, son père, sa copine et pour tuer les gros méchants pas beaux. Alors que beaucoup utilisent cette mélasse scénaristique en assumant sa simplicité, Joseph Kosinski, lui, s’efforce d’en tirer une histoire complète en prenant bien trop de temps pour nous l’expliquer. Le résultat alterne alors régulièrement entre phases d’actions où le visuel –on le verra plus tard- porte seul le film et phases de développement scénaristique malheureusement affligeantes de nullité. Bourrée d’éléments improbables et de raccourcis grossiers, l’œuvre de 5 scénaristiques de Walt Disney, c’est dire le talent des bonshommes, manque cruellement de crédibilité et de fluidité pour servir efficacement de support à l’image. Les dialogues sont mal écrits et frôlent la débilité une fois interprétés par un trio d’acteurs mous du genou –mention spéciale à Jeff Bridges pour l’un de ses pires rôles. En bref, rien n’est à retenir dans le fond qui peine pourtant à laisser le grand rôle à la forme.

Tron l'Héritage-screenshot-08Tron l'Héritage-screenshot-07

Sa forme, c’est finalement le tour de force incroyable de ce blockbuster niais. Doté d’une bande-son d’un rare dynamisme mêlant comme jamais musiques électroniques et orchestrales signée par les frenchies Daft Punk –et mixée dans les studios Hans Zimmer- Tron l’héritage prend très vite le rythme et la forme d’un clip épique où la contemplation est de rigueur. Du design original reste les grandes lignes remises au goût du jour pour offrir un somptueux mélange de formes épurées éclairées de mille néons. C’est donc au cœur de ce magnifique ballet de lumières que tout se joue. L’action y est sublimée par une dose écœurante de ralentis subliminaux cherchant à réinventer les effets des frères Wachowski mais offrant toutefois quelques moments jouissifs. Car oui, le plaisir est bien réel. Immergé totalement dans ce monde magnifique on reste pendant 2 heures bouche bée, les sens éveillés et le cerveau arrêté. Il faut bien l’avouer, sur le plan graphique, malgré quelques effets spéciaux manquant parfois de lisibilité, c’est une réussite quasi parfaite.

Tron l'Héritage-screenshot-09Tron l'Héritage-screenshot-14

Tron l’héritage c’est une expérience sensorielle époustouflante, une aventure aussi spectaculaire que rare qui restera gravée dans vos esprits pour le pire et pour le meilleur. Impossible de passer à côté de cet univers clinquant et de cette bande-son majestueuse et envoutante. Malheureusement, il est également impossible de ne pas regretter un tel vide spirituel, une telle niaiserie de l’histoire et de ses dialogues finalement dispensables. Raccourcis à l’essentiel pour coller au mieux à sa forme clipesque, Tron l’Héritage aurait pu être le blockbuster à ne pas manquer de ce début d’année. Le créateur et journaliste de l’excellent et indispensable Nowatch l’a très bien résumé : “Ils auraient dû faire un film muet. Il aurait été magnifique !”.

Tron l'Héritage-screenshot-15

info release
Version DVDRip

Liens de téléchargement:

   [Megaupload]

   [Gigaup]

   [Fufox]

3 commentaires:

  1. Pour ma part, désolé d'avance, mais j'ai trouvé les graphismes aussi niais que l'histoire... Aussi creux et sans âmes...

    A part un jolie mal de crâne, une exploitation de la 3D pire que déplorable, une bande son qui m'a quand même fait penser à une ambiance d'interface de menu d'un jeu vidéo dans l'espace et des graphismes qu'on pourrait attribuer aux architectures Rococo, j'ai qu'une chose à dire, ce film est pour moi la dernière des daubes, a tel point que je préfère le premier (et même graphiquement parlant).

    RépondreSupprimer
  2. nul de chez nul a part l'univers graphique mais ca va 5 minutes

    RépondreSupprimer
  3. "Aussi creux et sans âmes". Je suis d'accord avec toi, mais cela fait parti de "l'histoire". C'est un monde numérique, binaire et donc sans âme. Difficile donc d'y rentrer pleinement -d'où certainement vos deux avis complémentaire.
    Personnellement j'ai réussi à mettre de coté le scénar pour me concentrer sur le visuel. C'est surement les néons qui m'ont scotchés la rétine!

    J'hésitais à lui mettre moins (5-6/10) mais étant donné qu'il m'a proposé un dépaysement total... Il faut le prendre pour ce qu'il est: un clip de 2h où l'expérience sensorielle prévaut sur le fond.

    RépondreSupprimer

Pour enregistrer un commentaire:
- taper le com
- dérouler la barre "Commentaire"
- sélectionner "Nom/Url"
- entrer les info personnelles.
- publier le com