lundi 3 mai 2010

Carne

carne2

7

Année: 1991
Genre: Drame
Réalisateur: Gaspar Noé
Acteurs: Philippe Nahon, Blandine Lenoir, Frankye Pain

vlcsnap-2010-05-03-19h41m33s51

Le boucher du village élève seul sa fille Cynthia. A mesure que temps passe, il voit son corps évoluer jusqu’à ce qu’elle devienne enfin une petite femme. Surement trop protecteur, il va alors se créer des problèmes qui, en quelques secondes, vont lui faire tout perdre. Gaspar Noé signe ici un de ses premiers films et déjà, impose un style personnel. Avec une sincérité frôlant parfois le supportable (interdit au –16ans) il nous propose une histoire à la fois sanglante, charnelle et violente.

vlcsnap-2010-05-03-19h01m26s52vlcsnap-2010-05-03-19h02m58s193vlcsnap-2010-05-03-19h06m07s45

Techniquement, le film surprend agréablement en nous proposant de nombreuses idées narratives brillantes et efficaces, une ambiance sonore oppressante et subtilement dosée ainsi qu’un montage dynamique. En 40 minutes Gaspar Noé parvient à nous raconter son histoire en survolant chacune des facettes de ses personnages et en utilisant un nombre impressionnant d’ellipse temporelle. Le spectateur reste cependant sur sa fin lorsque le générique défile, surpris par un format inhabituel et déçu de ne pas en apprendre plus sur les personnages.

vlcsnap-2010-05-03-19h21m45s216vlcsnap-2010-05-03-19h12m36s100vlcsnap-2010-05-03-19h15m13s144

Mis-à-part l’esthétique géniale, le fond porte le plus grand intérêt du film. Car Carne c’est avant tout l’histoire d’un homme contée par lui-même, tel une confession. Le spectateur, en ayant accès à ses pensées, est alors largement pris à partit tel le juge moral de ces actes ou tout du moins l’impuissant spectateur.

vlcsnap-2010-05-03-19h22m55s138vlcsnap-2010-05-03-19h27m18s209

[Monologue culte]

"J’aurais tellement aimé qu’elle m’appelle papa, au moins une fois dans ma vie. Mais non, tous c’que j’voulais dans la vie je ne l’ai jamais eu. Pas de mère, pas de femme et même ma fille, je ne l’ai pas vraiment eu. Mais elle, je l’ai aimé. C’était la chair de ma chair, le sang de mon sang. Et maintenant, il me reste plus qu’à aller m’installer dans un bled paumé avec cette grosse salope. Elle, elle l’a eu ce qu’elle voulait. La même chose que toute les femmes d’ailleurs: un bébé qui lui pompe les seins, qui grandit et la protège jusqu’à la mort. C’est tout con à faire et ça leur donne l’impression que leur vie à un sens. Comme si la vie pouvait avoir un autre sens que sa propre survie. Le Monde, c’est chacun pour soit. Un type tire sa crampe et pour un orgasme de 9 secondes, son enfant doit morfler pendant 60ans. Mais la grosse, est-ce qu’elle se rend compte que l’existence de son enfant sera encore plus nul que la sienne. Surement qu’elle a calculer que ce bébé lui torchera le cul quand elle sera vieille, c’est sur que c’est pas moi qui vais lui tenir la main dans son lit de mort. Oh, non ! Moi, j’vais lui pomper l’cul ! J’vais lui ramoner tellement fort qu’elle va faire une fausse couche…"

vlcsnap-2010-05-03-19h37m22s101vlcsnap-2010-05-03-19h39m51s58

Au final Carne est, à coup sur, un des premiers maillons indispensables de la filmographie de Gaspar Noé. Certes, de nombreux défauts restent visibles mais, au vu de l’inventivité du film on ne peut que les oublier pour apprécier ce délicieux apéritif avant la grande claque qu’annonce Enter The Void.

vlcsnap-2010-05-03-19h44m03s24

Liens de téléchargement:

   [Rapidshare]

   [Ziddu]

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Pour enregistrer un commentaire:
- taper le com
- dérouler la barre "Commentaire"
- sélectionner "Nom/Url"
- entrer les info personnelles.
- publier le com